Processus de respiration

L'air entre par les cavités nasales, passe dans le nasopharynx, qu'il quitte
en arrière du voile du palais (voies respiratoires dédiées), ou alors par la
cavité orale (voie aérienne), avant de descendre par l'oropharynx,
puis croise l'épiglotte, et descend dans le larynx, où il croise les replis
vestibulaires, le vestibule, puis les replis vocaux, avant d'entrer dans la
trachée (conduit entouré par des anneaux cartilagineux), qui se divise en 2
bronches principales en regard de T4, avant de donner 3 bronches pulmonaires
pour le poumon droit, 2 pour le gauche.

Le diamètre des alvéoles pulmonaires reste proportionnel à la taille des
poumons, quel que soit le volume d'air qu'ils contiennent, du fait de la
présence d'un surfactant qui permet de compenser les variations de tension
superficielle et donc de pression, et ainsi éviter que les petites ne s'écrasent
comme des crêpes

T'as des petites et des grosses alvéoles, et sans surfactant les petites sont
écrasées à cause de la pression

L'entrée d'O2 et la sortie de CO2 s'effectuent passivement, sachant que l'O2
n'aime pas trop l'eau alors que le CO2 l'adore

Oui, au moyen de la diffusion passive, qui est un phénomène passif (sans
consommation d'énergie) dépendant du gradient électrochimique, qui conduit à
une équilibration des concentrations entre 2 milieux
On passe pas en repiration manuelle
C'est impossible de contracter le diaphragme volontairement, mais on peut faire
de l'inspiration/expiration forcée à l'aide d'autres muscles du tronc, mais si
le diaphragme est non fonctionnel on est en grand danger immédiat

C'est un muscle lisse avec une innervation exclusivement végétative
Ensuite, dans les capillaires alvéolaires

L'hémoglobine des globules rouge (valeurs de concentration
normale : 34-36 g/100 mL) arrive d'un milieu initialement pauvre
en O2 (artères-capillaires-veines de la grande circulation) où elle avait une
faible affinité pour l'O2, permettant de le libérer plus facilement aux
organes qui en ont besoin (sachant qu'elle contient 4 hèmes, qui chacune peuvent
stocker 1 O2), à un milieu riche en O2 (paroi des alvéoles), où son affinité est
plus forte, mais en plus augmente avec le nombre de molécules qui se fixent sur
elle.

T4 = 4è vertèbre thoracique

  • Guillaume Charifi, le 24 mai 2016 sur le salon BMC de Discord